Comment votre RSE peut rendre votre entreprise sexy

RSE sens au travail

Le concept de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) traîne dans les tiroirs des entreprises depuis déjà quelques années. Bien rangé au point qu’1 Français sur 2 ignore encore tout de cet acronyme parmi tant d’autres(1)…Mais tout n’est qu’affaire de timing : au moment où la notion de RSE émerge, la vague des millennials n’a pas encore submergé le monde du travail. Ce sera chose faite d’ici peu, le raz-de-marée de la génération Z s’apprête à déferler… 

Et alors ? Et alors c’est justement cette génération de jeunes nés dans les années 90-2000 qui se pose les questions pertinentes. Qui se demande pourquoi enrichir un patron qui appauvrit la planète. Qui veut donner un sens à sa vie, et tant mieux si cela passe par son job. Plus que quiconque sensible aux fondamentaux de la RSE, le millennial attend beaucoup des entreprises en matière de responsabilité sociale, et le leur rend au centuple. C’est le moment ou jamais de dépoussiérer une politique RSE anti-sexy voire inexistante, pour attirer à soi les talents de demain…

L’engagement des entreprises : condition sine qua non pour la génération Y

Leur niveau d’exigence est audacieux, voire impertinent, pourtant les entreprises ne peuvent s’en passer : les millennials arrivent sur le marché du travail, et c’est avec eux qu’il faut compter pour monter en performance. Une génération Y dans l’opposition, qui ne sacrifie pas son bien-être ni la planète au prétexte de monter les échelons d’une hiérarchie qu’elle n’idolâtre plus comme avant. Des purs produits de la révolution numérique, qui pensent digital et manient les technologies avec une facilité presque agaçante. 

Malgré tous ses défauts, la génération Z promet de booster le monde de l’entreprise de manière vertigineuse. Mais à ses conditions…

Quand le rapport de force s’inverse…

Le glas sonne quand les étudiants des écoles les plus prestigieuses – HEC et Polytechnique pour ne citer que les plus connues – prennent à partie les entreprises dans un manifeste engagé.

S'engager pour un réveil écologique

« Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes. (…) Nous avons besoin d’un nouvel objectif que celui du maintien à tout prix de notre capacité à consommer des biens et des services dont nous pourrions nous passer. Nous devons placer la transition écologique au cœur de notre projet de société. »

Le message est clair : la RSE vaut tous les salaires du monde… Alors même que le taux de chômage n’a jamais atteint de tels sommets, les forces de travail de demain exigent un véritable engagement sociétal de la part des entreprises. A défaut de quoi il faudra faire sans eux.

Les chiffres tirent la sonnette d’alarme

D’une récente étude publiée par le cabinet d’audit et de conseil Deloitte ressort ce constat édifiant : les 20-35 ans s’opposent farouchement à la prédominance des intérêts économiques de l’entreprise au détriment du développement durable et sociétal (2).

  • Quand 55% des collaborateurs privilégient l’engagement social et environnemental de l’employeur au niveau de rémunération, la proportion atteint 76% quand seuls les millennials sont interrogés (3).
  • Face à ça, seules 30% des entreprises agissent de manière opérationnelle dans le cadre de leur politique RSE (3).
  • 88% des entreprises misent sur le bien-être au travail. Mauvaise pioche : la génération Z exige plus, et demande à voir l’impact bénéfique des actions mises en œuvre sur le plan de l’écologie.
  • 62% des jeunes « recrutent » leurs employeurs sur la base de leur performance environnementale (4).

Les générations Y et Z sont les actrices principales de la transition écologique, et les employeurs n’ont d’autre choix que de leur offrir le rôle dans les meilleures conditions. Une mission qui a du sens, dans une entreprise qui fait sens : c’est la vocation du millennial, sa valeur ajoutée et la réponse parfaite à ses questionnements introspectifs.

La RSE comme argument de recrutement

La RSE comme argument de recrutement

Évoquer la RSE au détour d’un entretien d’embauche ou à l’occasion d’un post isolé sur un réseau social ne suffit pas à séduire les talents de la génération Z. N’oubliez pas, vous êtes face à des personnes qui questionnent et s’interrogent. Pour donner le change, l’illusion n’a pas sa place : vous devez élaborer ET mettre en œuvre une politique RSE innovante, autour de laquelle fédérer les troupes internes.
Faites de la RSE la signature de votre entreprise :

  • Rendez vos engagements publics, la transparence est gage de confiance
  • Fédérez les top managers autour de projets RSE opérationnels, un levier efficace pour mobiliser les collaborateurs.
  • Impliquez les collaborateurs – et les candidats ! Vos ressources humaines ne veulent plus subir, laissez-les devenir force de proposition. Le meilleur moyen de les motiver, tout en vous offrant une vision neuve sur la RSE.

Coup de pouce : des prestataires de conseil vous aident à engager efficacement votre transition RSE. Pour devenir opérationnel, en urgence.

Votre récompense

Ok, la RSE est une responsabilité supplémentaire à la charge de l’entreprise. Du temps, de l’argent, des collaborateurs : un volume de ressources supplémentaire à mobiliser. Au détriment de l’essor de votre entreprise ? Au contraire !

Entrez dans le cercle vertueux de l’engagement responsable. Cela sonne comme un mantra réservé aux yogis adeptes de graines de chia, pourtant les résultats sont concrets et efficients. En termes plus corporate : mettre en œuvre les moyens RSE attire à vous les meilleurs talents de la génération Y et Z, les talents sont fiers de contribuer à développer la politique sociétale, leur niveau d’engagement au sein de l’entreprise augmente, en même temps que leurs performances professionnelles. 

A la clé : plus de chiffre d’affaires, et une excellente réputation – 83% de vos petits nouveaux vous recommandent(5), de quoi s’attirer encore plus de talents pour absorber votre hausse d’activité !

Pour conclure : la génération Z est demandeuse d’emploi, mais à ses conditions. En quête de projets éco-responsables, les millennials choisissent avec soin leur employeur. Et en changent sans scrupules ni états d’âme. 

Pour vous entourer des meilleurs profils, mais aussi et surtout pour les garder le plus longtemps possible (attention, le Millenial est volatile) la RSE est un levier fondamental. Plus qu’un argument de parfait happiness manager, elle s’insère en outre dans une démarche gagnant-gagnant.

Sources :

  1. https://www.rse-magazine.com/La-RSE-progresse-mais-personne-ne-sait-ce-que-c-est_a3123.html
  2. https://www.lesechos.fr/2015/01/rse-la-generation-y-attend-plus-dinteret-de-la-part-des-entreprises-241831
  3. https://www.ladn.eu/entreprises-innovantes/marques-engagees/chiffres-cles-rse-developpement-durable/
  4. https://youmatter.world/fr/generation-y-millenium-travail-rse-changement/
  5. https://youmatter.world/transitions/fr/solidarite-cest-prouve-un-salarie-engage-en-vaut-deux/