10 février 2020

Devenir freelance : comment choisir son statut ?

Freelance Statut

Vous avez choisi de devenir indépendant ? Formidable ! Vous allez enfin découvrir la liberté d’entreprendre, de prendre en main votre vie et, peut-être, de gagner plus. Mais avant de profiter pleinement des plaisirs d’être freelance, il va falloir choisir un statut. Et, en la matière, force est de constater que le choix est vaste. A travers cet article, nous faisons un tour d’horizon de ces statuts pour faire le meilleur choix possible pour votre avenir.

Statut freelance : je me connais, donc je choisis.

Avant de vous lancer dans la grande aventure du freelancing, posez-vous et prenez le temps de réfléchir à vos objectifs. Certains foncent tête baissée et se retrouvent dans des situations ubuesques face à une administration pas toujours très vive, avouons-le. Changer de statut peut prendre des airs des 12 travaux d’Asterix. Alors tentez de faire le bon choix dès le départ.     

Le choix de votre statut est loin d’être anodin. Cela a un impact sur votre imposition, vos charges sociales et vos perspectives d’évolution.

Ainsi, pour définir votre statut de freelance, posez-vous les bonnes questions : à quels revenus puis-je prétendre avec mon profil ? De quelle protection sociale ai-je besoin ?

Freelance : comment s’y retrouver dans la jungle des statuts ?

Voici les différentes possibilités qui s’offrent à vous ainsi que les avantages et les inconvénients de chaque statut de freelance.

Micro-entreprise
Avantages
C’est la solution idéale pour se lancer. Ouverte en quelques minutes sur internet, cette entreprise est sans risques. Pas de chiffres d’affaires : pas de charges. De plus, les formalités sont réduites et les obligations comptables minimales. La micro-entreprise est une expérience formatrice qui permet de découvrir le merveilleux monde de l’entrepreneuriat !

Inconvénients
Le plafond est de 70 000 € pour une prestation de services et 170 000 € pour une activité commerciale. Si vous voyez grand, passez votre chemin ! De plus, il n’est pas possible de s’associer et le risque majeur est de perdre en crédibilité auprès de vos partenaires.

Entreprise individuelle (EI)/entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)
Avantages
Lorsque vous avez dépassé le plafond de CA de la micro-entreprise, l’EI ou l’EIRL est le statut de freelance à privilégier. Si les obligations comptables sont plus importantes, elles restent tout à fait raisonnables, prendre un expert-comptable pour votre bilan ne vous coûtera pas une fortune. Cette fois, aucun plafond de CA ne vous est imposé, vous êtes libre de réussir !

Inconvénients
En choisissant l’entreprise individuelle, vous engagez vos biens personnels en cas d’échec. En entreprise individuelle à responsabilité limitée, vous devez présenter vos comptes annuels, ce qui a un coût. En EI et en EIRL, il est impossible de s’associer. De plus, le taux de cotisation est particulièrement élevé ce qui peut devenir un frein à la réussite. Enfin, basculer en société s’avère un parcours du combattant, à moins d’être parfaitement entouré de professionnels compétents et disponibles (avocats, comptables et banquiers).

Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)
Avantages
Ce statut de freelance est un parfait compromis. Cette fois, les cotisations sociales sont moins élevées et surtout plus réalistes. Contrairement à l’EI, l’EURL propose de cotiser en fonction de vos revenus réels et non de vos bénéfices, cela a, en outre, un impact majeur sur votre impôt sur le revenu. Vous pouvez choisir entre l’impôt sur les sociétés et l’impôt sur le revenu, un comptable saura parfaitement vous guider pour faire le bon choix. Cette fois, le basculement en société est beaucoup plus simple. Enfin, avec une EURL, vous gagnez en crédibilité auprès de vos partenaires, cela pourrait vous permettre de décrocher de beaux contrats.

Inconvénients
Vous êtes affilié au régime des indépendants. Les frais de constitution sont élevés (rédaction des statuts par l’avocat, rédaction d’un prévisionnel par l’expert-comptable, etc.). Enfin, la taxation sur les dividendes est importante, il est essentiel de trouver des solutions (légales bien sûr) pour alléger le poids des charges sur votre rémunération.

Société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU)
Avantages
Il s’agit cette fois d’un statut souple offrant une taxation plus faible sur les dividendes. Vous êtes affilié au régime général des salariés et pouvez basculer aisément vers une SAS.


Inconvénients
Naturellement, tout n’est pas si simple. Si ce statut de freelance présente des avantages non négligeables, les inconvénients pourraient être un frein au choix de celui-ci. Ici, les cotisations sociales sur la rémunération sont élevées. La création fait l’objet de démarches complexes et vous n’avez pas le choix entre impôt sur les sociétés et impôt sur le revenu. Un calcul doit donc être effectué en amont pour savoir si ce statut est conforme à vos besoins réels.

Portage salarial
Avantages
L’avantage majeur de ce statut est que vous n’avez pas à gérer l’aspect administratif, ce poids qui pèse sur tous les entrepreneurs et qui s’avère incroyablement chronophage. Trouvez vos missions, la société de portage se charge de facturer et de relancer le cas échéant. De plus, dans le cadre de ce statut, en cas de récurrence de missions, on parle de contrat de travail associé. Si cela peut rassurer les banques pour obtenir un prêt immobilier, cette solution est parfaite pour cumuler des droits au chômage et justifier des 4 mois nécessaires au cours des 28 derniers mois pour être indemnisé par Pôle Emploi (6 mois sur 24 mois dès le 1er novembre 2019).  L’improductif est l’ennemi numéro 1 des entrepreneurs. Autre avantage de ce statut de freelance : vous êtes affilié au régime général. Ici, les formalités sont simples et vous êtes autonome tout en bénéficiant des avantages d’un contrat salarié. Enfin, pas de plafond de CA, vous êtes libre de gagner beaucoup d’argent !

Inconvénients
Lié par un contrat de travail à son employeur, c’est-à-dire la société de portage, le salarié en portage salarial est un freelance avec tout de même une chaîne aux pieds ! De plus, les cotisations sociales sont élevées et une commission de 5 à 10 % est prélevée par une société de portage. Enfin, certaines activités ne peuvent être pratiquées avec le portage salarial (conseil en gestion de patrimoine, intermédiation dans le domaine des assurances, etc.).

Vous l’aurez compris, choisir son statut de freelance n’est pas simple. Toutes les formules offrent des avantages et des inconvénients, difficile de trouver dès le départ la bonne orientation. Certes, il est préférable de faire le bon choix dès le lancement de votre entreprise, mais il y a fort à parier que votre soif d’entrepreneuriat vous poussera à découvrir de nouveaux horizons, à développer votre chiffre d’affaires et à vouloir optimiser votre fiscalité. Peu à peu, votre CA va augmenter et vous allez vous entourer des bonnes personnes. C’est alors que vous pourrez faire les meilleurs choix !