25 mai 2020

Les ‘soft skills’ pour réussir ses missions de consultant

savoir-être soft skills

En tant que consultant ou futur consultant, la tendance des soft skills ne vous aura sans doute pas échappée. Désormais intégrées par un grand nombre de sociétés dans leur recherche de talents, ces compétences comportementales et savoir-être viennent compléter les hard skills dans les CV de candidats. Mais de quoi parle t-on au juste ? Et quelles sont les soft skills particulièrement utiles à un prestataire externe ? 

Les soft skills : c’est quoi ?

Pour bien déterminer quelles sont vos qualités personnelles, donnons d’abord la définition des soft skills. On peut traduire ce terme anglais par les « compétences comportementales » ou les « compétences émotionnelles » d’un individu. Cela va donc un peu plus loin que les seuls « savoir-être ». Ces compétences sont difficilement mesurables, mais chaque individu peut accroître ses soft skills tout au long de sa vie… avec de la persévérance !

Ce terme anglo-saxon a pris tout son sens à l’heure du management transversal. C’en est alors terminé du management hiérarchique ! Désormais, on fait face à une transformation des entreprises qui s’appuie sur un besoin croissant de décloisement des métiers. Afin de limiter leur turn-over, les entreprises recherchent au-delà des diplômes. Elles étudient désormais les qualités sociales d’un candidat et ses qualités comportementales qui matcheront avec le poste, les idéaux de l’entreprise et les autres collaborateurs. Les compétences techniques d’un candidat ne suffisent donc plus, les entreprises approfondissent désormais les qualités personnelles des candidats sélectionnés.

On sait que dans sa mission, le consultant interagit avec le client. Il lui donne des conseils stratégiques, et lui propose des solutions d’amélioration, etc. Il semble donc impératif d’avoir quelques soft skills spécifiques pour faire LA différence, et atteindre ses objectifs. Prendre la parole en public, inspirer confiance, être assertif sont par exemple des soft skills importantes pour un consultant.

Quelles sont les soft skills nécessaires à un consultant ?

Vous aimeriez pouvoir en savoir plus sur vos propres soft-skills ?
Inscrivez-vous sur StedY ! En plus d’accéder à des opportunités de missions en ingénierie et en informatique qui optimisent votre rémunération, vous pourrez gratuitement et rapidement évaluer vos points forts et axes d’amélioration en matière de soft skills !
Car contrairement aux traits de personnalité qui sont innés (la curiosité, l’inventivité…), les soft skills s’acquièrent et se travaillent (s’organiser avec méthode, contrôler ses émotions, faire preuve de diplomatie…). Nous en avons répertorié quelques-unes que nous savons être les soft skills nécessaires à un consultant.
Nous avons répertorié les soft skills idéales d’un consultant en trois groupes :

  1. Qualités personnelles d’un consultant idéal 

    Le leadership d’un consultant semble inévitable lors qu’il doit mener à bien un projet de A à Z, réussir à convaincre les collaborateurs de l’entreprise d’aller vers un chemin commun.
    On note également la créativité, car sans elle, le consultant aurait du mal à proposer des procédés innovants, à sortir l’entreprise de sa zone de confort, etc. C’est à lui de proposer de nouveaux outils ou méthodes de travail réinventés sur la base de la méthode Kanban ou des procédés Lean qu’il a appris (hard skills), etc…

  2. Qualités d’interaction d’un consultant idéal 

    Être un bon communicant est quasi essentiel lors qu’un consultant veut faire bonne impression dans un premier temps en rendez-vous technique avec le client. Puis dans un second temps, lors d’une prise de parole en comité de direction pour présenter ses recommandations par exemple. Avoir de l’empathie, de la bienveillance et être à l’écoute sont aussi trois soft skills nécessaires si le consultant veut s’intégrer le plus rapidement possible chez le client auprès des collaborateurs. Car ce sont eux qui l’aideront à mettre en œuvre sa mission.

  3. Qualités situationnelles d’un consultant idéal 

    Dans son travail, les compétences techniques du prestataire externe sont bien évidemment utiles pour mener à bien sa mission. Mais à celles-ci, il doit pouvoir mêler agilité, rigueur d’analyse, adaptabilité et transparence. Ces soft skills lui permettront d’asseoir une certaine crédibilité chez le client, et de se poser comme la référence au cours de sa mission.

Pourquoi soft skills et hard skills doivent cheminer ensemble ?

Vous savez désormais à quoi correspondent les soft skills. Si ce n’est pas déjà fait, intéressez-vous aux vôtres. Car sachez que vos hard skills sont bien moins efficaces sans les soft skills. Par exemple, votre expertise technique ne vaut pas grand-chose, si vous n’êtes pas capable de gérer votre temps ou bien que vous n’arrivez pas à produire ce qu’on vous demande en temps et en heure !

De plus, sachez que vos soft skills seront indispensables auprès des collaborateurs avec qui vous travaillez au quotidien, mais aussi auprès de vos clients ! Un consultant doit toujours faire bonne impression tant par sa personnalité que par son travail. C’est de cette manière que vous pourrez obtenir des recommandations et créer des relations durables et de confiance avec vos clients.

Selon les générations, les soft skills peuvent évoluer. C’est pourquoi dans une entreprise, les compétences humaines sont valorisées différemment, que vous soyez de la génération X, Y ou Z. Et ces comportements mélangés peuvent s’avérer être complémentaires entre eux. C’est le rôle du consultant de gérer et cerner toutes les personnalités au sein d’une entreprise pour en tirer profit au cours de sa mission.

Chez StedY, société de conseil en ingénierie et technologies nouvelle génération, nous faisons des soft skills de nos consultants un élément structurant de leur offre de service et les intégrons à nos outils d’intelligence artificielle pour générer le ‘best match talent-mission‘, celui qui permettra d’optimiser l’épanouissement et la satisfaction de nos talents comme de nos clients.